Free Porn eşya depolama pornhub Galabetbonuslari.com Galabetadresi.com Galabetcasino.com Vipparkbahissitesi.com Vipparkcanlicasino.com Vipparkcanlislotsitesi.com Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler paper.io yohoho.io yohoho unblocked io games unblocked 1v1.lol unblocked io games unblocked google sites slope play unblocked games io games padisahbetgirisyap.com padisahbetgirisadresi.net padisahbetbahis.net padisahbetcasino.com deneme bonusu
HomeLa vie sociale dans l’IslamApproche De L'islam En Matière D'égalité Entre Les Sexes

Approche De L’islam En Matière D’égalité Entre Les Sexes

Toutes les caractéristiques qui distinguent les mâles et les femelles chez les êtres vivants sont appelées le sexe. Les genres masculin et féminin sont biologiquement, physiologiquement et psychologiquement différents. Par exemple, alors qu’une femme est une créature capable de devenir enceinte, ce n’est pas le cas pour les hommes.

Lorsque l’égalité est pratiquée entre des personnes aux caractéristiques différentes, il en résulte l’injustice et le mal. L’égalité peut ne pas conduire à des résultats corrects pour les personnes ayant des caractéristiques différentes, comme dans l’exemple de donner des chaussures de taille 38 à toutes les personnes ayant des tailles de pieds différentes. L’islam n’accepte pas les femmes et les hommes dans une égalité absolue, ni ne les accepte dans une inégalité absolue.

Les hommes et les femmes sont biologiquement différents. Pour cette raison, l’islam a donné des responsabilités et des droits différents aux hommes et aux femmes à la lumière de ces différences. Il est dit dans le Coran qu’une femme est d’une création capable de tomber enceinte comme suit : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour… » [1]. Alors qu’une femme est condamnée à recevoir une pension alimentaire par son mari en raison de sa grossesse et de son accouchement, il est hors de question que le mari reçoive une pension alimentaire car il n’existe pas une telle situation pour l’homme [2]. Il est ordonné aux femmes de ne pas adorer pendant leur période menstruelle en raison du processus dans lequel elles se trouvent matériellement et spirituellement [3]. Puisque les hommes n’ont pas une telle excuse, ils devraient accomplir leurs prières constamment.

Comme on le voit, alors que certaines différences physiologiques entraînent certaines exemptions pour les femmes, il n’est pas possible de parler d’égalité absolue dans certaines dispositions dans le domaine du droit en raison de ces différences ainsi que de certaines capacités particulières et rôles sociaux. Puisque l’islam accepte la justice comme valeur morale fondamentale, il n’a pas permis une égalité absolue qui se traduirait par une injustice à cet égard. Il n’y a ni égalité absolue ni inégalité absolue entre les hommes et les femmes. En d’autres termes, il n’est pas possible de dire « l’air vaut mieux que le feu » ou « le feu vaut mieux que l’air », ni de dire « les hommes valent mieux que les femmes » ou « les femmes valent mieux que les hommes ». Les deux sexes sont précieux et uniques tels qu’ils existent. L’Islam est loin d’une attitude qui ignore et vise à détruire la différence entre les hommes et les femmes, et d’une attitude qui crée une pression et une domination en faveur de l’un ou de l’autre à cause de cette différence.

Dans le Coran, les hommes et les femmes sont considérés de manière égale dans les domaines de la foi, de l’obéissance à Allah, de l’humilité, de l’adoration, de la véracité, de la patience, de l’aide, de la protection de l’honneur et du rappel d’Allah [4]. Cela montre que les hommes et les femmes sont égaux dans le besoin d’utiliser leur esprit et de mener une vie morale.

Dans le Coran, l’islam considère les hommes et les femmes comme deux personnes qui se soutiennent et se complètent. La mesure de la valeur aux yeux d’Allah pour les hommes et les femmes est la taqwa [5]. Il n’y a pas de distinction entre les hommes et les femmes dans les domaines que la religion vise à protéger. Tout comme l’esprit, la propriété, la religion, la progéniture et l’honneur d’un homme sont des valeurs sacrées, l’esprit, la propriété, la religion, la lignée et l’honneur d’une femme sont également sacrés. En termes de continuité de la génération, le rôle des femmes dépasse celui des hommes. Le garçon et la fille sont mis au monde à travers le corps de la femme.

À l’époque du Prophète Mohammed (PBSL), les femmes étaient impliquées dans la vie sociale. L’ordre du voile dans le Coran leur a permis d’exister en toute sécurité dans la vie sociale. En fait, bien que le djihad ait été obligatoire à l’origine pour les hommes, les femmes ont également participé à des expéditions et fourni une aide et un soutien médicaux, ont travaillé dans des services auxiliaires tels que la cuisine et, en temps de paix, elles étaient engagées dans le commerce, la science, affaires de gestion et d’administration. Le Prophète Mohammed (PBSL), qui a utilisé un langage englobant notamment en matière d’éducation, encourage les femmes à apprendre et supprime les obstacles à leur vie éducative en ordonnant «N’empêchez pas les servantes d’Allah de venir dans les mosquées d’Allah» [6]. Chaque épouse du Prophète Mohammed (PBSL) était une femme avec un tempérament et un caractère différent. Khadidja était une femme économiquement indépendante qui possède des convois commerciaux interurbains. Mariyya a continué sa vie en tant que concubine de Muqawqis, un dirigeant de l’Egypte, mais après avoir été envoyée au Prophète Mohammed (PBSL), elle était devenue une épouse libre du prophète. Hafsa a été comparée à son père, Omar, en termes de rapidité de colère et de franc-parler. Aisha a décrit Hafsa comme suit : « Hafsa est littéralement la fille de son père. Elle a une forte volonté. Son essence et sa parole ne font qu’un. » [7] De plus, Hafsa était une femme qui a parlé à son mari, le Prophète Mohammed (PBSL) sur des questions avec lesquelles elle n’a pas été d’accord, et se dispute de temps en temps avec Lui [8]. Aisha était la seule jeune femme que le Prophète Mohammed (PBSL) a épousée. Le Prophète Mohammed (PBSL) était allé voir un jeu avec sa femme Aïcha [9]. De plus, Aïcha est l’une des savantes qui a transmis le plus de hadiths [10]. Il convient également d’ajouter qu’Aisha était l’un des leaders de la communauté dont son opinion était consultée dans les conflits survenus après la mort du Prophète Mohammed (PBSL). Safiyya est la fille du chef d’une tribu d’origine juive. Elle a été élevée dans la culture juive et a mené une vie riche. Elle a été capturée par les musulmans lors de la bataille de Khaybar et lorsque le prophète Mohammed (PBSL) a offert à Safiyya le choix de retourner dans sa tribu ou de l’épouser, Safiyya est devenue musulmane et a épousé le prophète Mohammed (PBSL) [11].

Comme vous pouvez le voir, le mode de vie prénuptial et la perspective de chacune des épouses du Prophète Mohammed (PBSL) sont assez différents. Le Prophète Mohammed (PSL) a ajusté ses relations avec ses épouses en fonction du caractère, de l’âge et du tempérament de la femme à qui il s’adressait. Il n’a pas essayé de changer les caractères ou les différences individuelles de ses épouses. Même s’elles avaient une mauvaise attitude, il a déclaré que ce qui avait été fait était mal sans leur briser le cœur. Un jour, Aisha, qui préparait la nourriture pour le Prophète Mohammed (PSL), était jalouse que Hafsa, ait préparé un repas et l’ait servi devant elle. Juste au moment où la concubine de Hafsa mettait la nourriture devant le prophète Mohammed (PSL), Aïcha lui frappa la main et l’assiette tomba et se cassa. La nourriture à l’intérieur a également été renversée. Là-dessus, le prophète Mohammed (PSL) rassembla les morceaux de l’assiette, ramassa la nourriture renversée et dit aux compagnons à côté de lui : « Votre mère était jalouse ». Il envoya alors une autre assiette solide à sa femme, Hafsa, pour remplacer celle cassée [12]. Il est entendu que le Prophète Mohammed (PSL) fonde son traitement sur ses épouses avec justice, en tenant compte des différences de caractère et de tempérament plutôt que de l’égalité des sexes.

Le Prophète Mohammed (PSSL) ne fait pas de discrimination entre les hommes et les femmes en termes de droit à recevoir une éducation. Il a transmis le Coran à tout le monde, sans distinction d’homme ou de femme [13]. Il a déclaré que les femmes ont des droits sur les hommes et que les hommes ont des droits sur les femmes [14]. Par conséquent, dans l’islam, l’égalité des valeurs et l’égalité des lois en tant que principe ont été acceptées entre les individus, quel que soit leur sexe.

Dans le Coran et dans les hadiths du Prophète Mohammed (PBSL), les êtres humains sont créés de la plus belle des manières sans discrimination de genre [15], et le sentiment d’amour et de compassion qui assurera la continuité des générations et l’unité des époux est mis aux deux sexes dans la création [16], il est dit que les femmes et les hommes se protègent et s’entourent comme une couverture afin de vivre correctement la sexualité avec cet amour [17].

Selon la loi islamique, une femme a le droit de posséder et de disposer de biens de manière indépendante et complète, tout comme un homme. Personne n’a le droit de se mêler d’elle dans cette affaire. Cependant, les obligations financières incombent principalement à l’homme pour subvenir aux besoins de la famille [18]. D’autre part, la mère a priorité dans les soins, la surveillance et l’éducation de l’enfant.

Il convient également d’ajouter qu’il n’y a aucune compréhension du « péché originel » dans l’Islam, qui est d’abord commis par la femme et causé par la tromperie de la femme, qui pousse également l’homme à le commettre. Le Coran mentionne que le Prophète Adam (PSL) et Eve ont été trompés ensemble et ont été pardonnés ensemble après s’être repentis [19].

Comme résultat, dans la religion de l’Islam, les individus ne sont pas évalués sur la base de leurs genres masculin ou féminin, mais selon qu’ils vivent ou non une vie conforme au consentement du Créateur en tant qu’êtres humains.


[1] Al-Baqara, 223.

[2] At-Talaq, 6.

[3] “Ne connaît-Il pas ce qu’Il a créé ?” Al-Mulk, 14; “ …lorsque viennent tes règles, alors délaisse la prière ; et lorsqu’elles cessent, alors lave le sang de ton corps et prie !.” Al-Boukhari, Al-Hayd, 19, 24, Al-Wodou’, 63; Muslim, Al-Hayd, 62; Abou Daoud, At-taharat, 109.

[4] Al-Ahzab, 35.

[5] “ Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur. ” Al-Hujurat, 13.

[6] Al-Boukhari, Al-Jumua’, 13; Muslim, As-Salat, 136.

[7] At-Tirmidhi, Al-Manaqib, 63.

[8] “Omar qu’Allah l’agrée: “Par Allah, dans la Jahiliyyah, nous n’avons pas considéré les femmes comme une affaire jusqu’à ce qu’Allah révèle ce qu’il avait révélé à leur sujet, et il leur a réparti ce qu’il a réparti. Un jour, j’ai eu une dispute avec ma femme et ma femme m’a parlé durement. J’ai dit à elle « Connais ta place ! ». Alors ma femme a répondu : « Tu me gronde comme ça, mais ta fille Hafsa rend le Prophète Mohammed (PBSL) triste (parfois elle n’a pas peur de parler devant lui) !…” Al-Boukhâri, Al-libas, 31.

[9] « L’un des jours de fête, le prophète Mohammed et sa femme Aisha ont observé les gens qui jouaient au jeu de l’épée et du bouclier dans la mosquée. Quand il a réalisé que sa femme était fatiguée, ils ont quité.” Al-Boukhari, Muslim, 5340. « Par Allah, j’ai vu le Prophète Mohammed (SAAS) debout à la porte de ma chambre. Les Abyssins jouaient avec ses harbes dans la mosquée du Prophète Mohammed (SAAS). Le Prophète Mohammed m’a couvert de sa robe afin que je puisse voir ses jeux. Il s’est tenu pour moi jusqu’à ce que je m’arrête de regarder. Appréciez à quel point un jeune qui aime s’amuser en aurait envie.” Muslim, Al-Aidayn 18.

[10] Aisha, l’une des épouses du Prophète Mohammed, est parmi les Compagnons du Prophète (SAAS) et l’une des sept personnes célèbres pour avoir donné de nombreuses fatwas [11]. At-Tabaqat, 8:123.

[12] Al-Boukhari, An-Nikah, 108.

[13] Ibn Majah, I, 81.

[14] At-tirmidhi, Ar-rada, 11.

[15] At-Tin, 4.

[16] Ar-Rum, 21.

[17] Al-Baqara, 187.

[18] An-Nisa’, 34. [19] Al-Baqara, 35- 37; Taha, 120- 122.