Free Porn eşya depolama pornhub Galabetbonuslari.com Galabetadresi.com Galabetcasino.com Vipparkbahissitesi.com Vipparkcanlicasino.com Vipparkcanlislotsitesi.com Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler paper.io yohoho.io yohoho unblocked io games unblocked 1v1.lol unblocked io games unblocked google sites slope play unblocked games io games padisahbetgirisyap.com padisahbetgirisadresi.net padisahbetbahis.net padisahbetcasino.com deneme bonusu
HomeLa vie sociale dans l’IslamDroit De La Guerre En Islam

Droit De La Guerre En Islam

La guerre est le nom donné aux actions armées que des états entreprennent avec leurs armées les uns contre les autres en rompant leurs relations politiques pour des raisons telles que des désaccords économiques et politiques entre eux.

Selon les érudits musulmans, la guerre est la dernière étape de la lutte contre les forces qui menacent la sécurité des pays où vivent les musulmans ou empêchent l’Islam d’atteindre les gens. Pour cette raison, le mot « djihad » est utilisé pour distinguer la compréhension de la guerre dans l’Islam des guerres menées dans le but d’exploiter et de faire le mal. De plus, les guerres faites pour gagner le butin, l’honneur ou la renommée dans l’Islam ont été critiquées et vilipendées [1].

Il existe des règles pour combattre selon la loi islamique. Ces règles ont été créées sur la base du Coran et de la Sunnah du Prophète Mohammed (SBASL) [2]. Les règles de la guerre dans la loi islamique peuvent être résumées comme suit : Au cas où les ennemis attaquent le pays islamique, la mobilisation générale est déclarée. Il est obligatoire pour tous les musulmans (sains d’esprit, libres, masculins) de participer à la guerre. Il est important de déterminer le début de la guerre, car les règles du droit de la guerre seront appliquées. Cela est possible en déclarant la guerre et en la faisant connaître aux parties. Par conséquent, avant qu’une guerre ne soit menée, il est explicitement ordonné dans le Coran d’informer que les accords conclus avec l’autre partie, le cas échéant, sont rompus [3].

Il convient également d’ajouter que les juristes islamiques s’accordent sur la nécessité d’appeler à l’islam avant de se battre, sur la base du hadith «Et lorsque tu rencontreras ton ennemi parmi les polythéistes, invite-le à trois choses et s’ils en acceptent une, quelle qu’elle soit, alors accepte cela de leur part. Ainsi, invite-les à l’Islam et s’ils acceptent, alors laisse-les. Ensuite, invite-les à délaisser leur contrée pour celle des Émigrés et dis-leur que s’ils agissent de la sorte, ils auront les mêmes droits et les mêmes devoirs que les Emigrés. S’ils refusent de délaisser leur contrée, dis-leur qu’ils seront semblables aux bédouins musulmans, ils seront soumis à la loi d’Allah (Gloire et Pureté à Lui) et n’auront rien du butin de guerre et des prises, à moins qu’ils ne combattent avec les musulmans. S’ils refusent, demande-leur l’impôt de capitation (« Al-Jizyah ») ; s’ils acceptent, alors accepte cela de leur part et laisse-les. Toutefois, s’ils refusent, alors demande l’aide d’Allah et combats-les.» [4].

À l’exception de quelques exclusions requises par l’état de guerre, les choses qui sont considérées comme halal (autorisées) et haram (interdites) pour les musulmans dans le pays islamique, la même disposition s’applique dans le pays ennemi où se déroule la guerre.

Des astuces de guerre peuvent être utilisés à des fins militaires ou pour tromper l’ennemi. La détermination du Prophète Mohammed (SBASL) que « Faire la guerre, c’est ruser. » montre qu’il faut être vigilant en temps de guerre, ne pas lâcher la précaution, et qu’il est possible de tirer profit de jeux qui surprendront l’autre camp [5]. Cependant, les ruses de guerre en question ne signifient pas que les promesses faites contre l’ennemi ne sont pas tenues, même dans des conditions de guerre, la « justesse » est essentielle.

Le meurtre de ceux qui ne contribuent pas personnellement ou indirectement à la guerre : les femmes, les enfants, les malades mentaux, les handicapés, les malades, les personnes âgées, les religieux qui sont retranchés dans les temples, les agriculteurs, les ouvriers et les hommes d’affaires qui dirigent leurs propres affaires, est interdit selon le droit islamique de la guerre. Le conseil du Prophète (SBASL) de réduire autant que possible le nombre de morts dans les guerres, et Son hadith « Les musulmans sont les plus indulgents en matière de meurtre » [6] en témoigne.

Dans la loi islamique, il est interdit de brûler ou de détruire les cadavres des soldats ennemis pendant ou après la guerre [7]. Il est interdit de violer les femmes de l’ennemi et d’avoir des relations illégitimes avec elles. Même si l’autre partie tue les otages musulmans, selon le principe de l’individualité du crime [8], tuer des otages ennemis est interdit [9].

Le pillage est interdit conformément aux avertissements du Prophète Mohammed (PBSL) disant : « Celui qui pille n’est pas des nôtres » [10] et «Ce que l’on pille du butin n’est pas plus licite que le cadavre » [11]. Il n’est pas juste de détruire des tissus végétaux et d’autres êtres vivants, sauf lorsque cela est fait pour répondre au besoin de nutrition ou pour briser la puissance de combat de l’ennemi ou lorsqu’il y a une nécessité pour une opération [12].

Il est permis de détruire, d’incendier ou de submerger des emplacements stratégiques, des forteresses, etc., dans le cadre des nécessités de la guerre. De même, couper les canaux d’eau de l’ennemi ou les rendre inutilisables est parmi les permis [13].

Indépendamment du sexe et de l’âge, tout non-musulman peut être fait prisonnier pendant la guerre ou à la fin de la guerre si aucun accord de dhimma (Engagement, pacte) n’a été signé [14]. De plus, il était interdit de maltraiter les captifs, de faire attention à leur abri et à leur alimentation, de ne pas séparer les membres de la famille les uns des autres et de veiller à l’honneur des femmes captives.

La guerre se termine de l’une des manières suivantes : l’acceptation de l’islam ou la reddition de l’autre partie, la concrétisation de la conquête, faire un traité de paix permanent ou indéfini, la signature d’un accord de cessez-le-feu ou la défaite des musulmans ou leur abandon de la guerre. Quel que soit le camp qui gagne la guerre, il y a des pertes en vies humaines et en biens. Selon l’islam, les musulmans qui participent à la guerre et meurent pour gagner l’agrément d’Allah (d’une des manières mentionnées ci-dessus) sont considérés comme des martyrs.

Être martyr est la meilleure cause de mort pour un musulman. Car, Allah déclare ce qui suit à propos des martyrs dans le Coran : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus, et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés. » [15].


[1] Al-Boukhari, Al-Jihad, 15; Muslim, Al-Imarah, 149.

[2] Sunnah : l’état et le comportement du Prophète Mohammed (SBASL).

[3] Al-Anfal, 58.

[4] Muslim, Al-Jihad, 3; Abu Dawud, Al-Jihad, 82.

[5] Al-Boukhari, Al-Jihad, 157; Muslim, Al-Jihad, 18; At-Tirmidhi, Al-Jihad, 5

[6] As-Sarkhasi, Sharhu Es-siyaru Al-Kabir, I, 78-79; Shawkani, VIII, 71 et autres.

[7] Al-Boukhari, Al-Jihad, 149; Muslim, Al-Jihad, 3.

[8] Principe de l’individualité du crime : En vertu de cette règle, la personne ne peut être tenue responsable que des actes qu’elle commet, Il ne peut être tenu responsable sauf s’il est complice d’actes commis par quelqu’un d’autre. Par conséquent, si quelqu’un de l’autre côté tue un otage, ils en sont responsables conformément au principe d’individualité. Il n’y a pas de représailles ici et un otage n’est pas tué en retour.

[9] As-Sarkhasi, Al-Mabsut, X, 169.

[10] Abu Dawud, Al-Ḥoudoud, 14; At-Tirmidhi, As-Siyar, 40.

[11] Abu Dawud, Al-Jihad, 128.

[12] Al-Hasr, 5; As-Sarkhasi, Sharhu Es-siyaru Al-Kabir, I, 52-55.

[13] Al-Hasr, 2.

[14] Al-Anfal, 67-69; Muhammad, 4.

[15] Al-Imran, 169- 170.