Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
HomeCulte en islamPourquoi Allah Veut-Il Être Adoré?

Pourquoi Allah Veut-Il Être Adoré?

L’adoration signifie accomplir ses devoirs envers Allah, obéir à Ses ordres et éviter Ses interdictions. Adorer Allah est le but de la création selon l’Islam [1]. Cependant, Allah a déclaré dans le Coran qu’Il n’a besoin de rien et que tout a besoin de Lui [2].

Le besoin est une caractéristique de tous les êtres vivants sur terre. Chaque être vivant a besoin de diverses choses tout au long de sa vie. Cependant, il est impensable qu’Allah soit dans le besoin, car Il existait avant que quoi que ce soit ne soit créé et continuera d’exister même si tout prend fin [3].

Selon la croyance islamique, c’est l’homme qui a besoin d’adorer Allah. Allah demande à Ses serviteurs d’adorer, c’est comme un médecin qui demande à son patient de se conformer aux conditions du traitement. C’est le patient qui a besoin de soins, pas le médecin. Mais c’est le médecin qui crée et dirige le traitement de son patient. Dans cet exemple, le patient ne sait pas quel est son besoin, mais le médecin lui demande d’appliquer le traitement car il le sait.

Le manuel d’utilisation des articles utilisés dans la vie quotidienne donne des informations sur la façon de les utiliser et comment protéger ce produit contre les dangers possibles. Le Coran est, en un sens, un manuel d’utilisation, tout comme dans cet exemple. Parce que le Créateur de l’homme connaît mieux ses besoins [4]. Avec les cultes rapportés dans le Coran, la formule pour les besoins vitaux de l’homme, ses maladies spirituelles et le soin de son âme est donnée.

Dans l’islam, le culte se fait dans un certain ordre. Avoir certains moments de culte tels que la prière, le jeûne et le pèlerinage fournit un système qui met de l’ordre dans la vie de l’homme. L’adoration rappelle à une personne, qui est dans l’agitation du monde pendant la journée, ses devoirs fondamentaux tels qu’Allah, l’au-delà et le but de venir au monde. En même temps, avec un culte comme le jeûne, par exemple, une personne se souvient qu’elle a un Seigneur à chaque instant de la journée, qu’elle n’est pas seule, non réclamée et non égarée. Ou, par la prière, il se souvient qu’il est en présence de la plus haute divinité, qu’il est impuissant face à quoi que ce soit sans Son aide et que son plus grand soutien est son Seigneur.

L’adoration est aussi une langue de communication divine entre le serviteur et Allah [5]. Et par conséquent, abandonner l’adoration signifie rompre sa communication avec Allah. Les musulmans croient qu’ils sont reconnaissants pour les bénédictions données par l’adoration et qu’Allah est l’autorité suprême pour se réfugier. Ainsi, ils se sentent en sécurité [6].

Selon la croyance islamique, la satisfaction spirituelle et la paix intérieure dépendent du renforcement de son lien avec son créateur. Il est dit dans le verset : « ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l’évocation d’Allah…  » [7] ; l’attention ici a été attirée sur le lien entre l’adoration, la prière, le rappel d’Allah et l’atteinte de la paix intérieure.

Le culte n’est pas tenu involontairement, comme respirer et dormir, malgré le besoin spirituel de l’homme. De temps en temps, Allah guide Ses serviteurs vers l’adoration en leur soumettant des tests mondains tels que la maladie ou le manque de moyens de subsistance. Cependant, l’homme qui a la volonté décide par elle-même comment il répondra à ce message.

Bediuzzaman, l’un des érudits islamiques, explique que certaines personnes voient le culte comme difficile avec l’exemple suivant [8] : Il y a deux personnes qui reçoivent l’ordre de se rendre dans une ville éloignée. L’un d’eux avance d’un pas ferme, armé et ne se sent pas vulnérable durant son trajet. Malgré sa charge apparemment lourde, il arrive avec confiance à sa destination et y reçoit sa récompense. Celui qui n’est pas armé, par contre, traverse un voyage effrayant, même s’il peut sembler léger, il atteint sa destination de manière peu sûre et timide. En conséquence, il est puni en étant traité comme un rebelle. Bien que l’adoration puisse sembler être un fardeau dans le monde, c’est en fait une préparation à la vie éternelle.

Un autre érudit islamique, l’imam Ghazali, a transmis également l’incident suivant concernant cette question : « Le Prophète (PBASL) a demandé un jour à Abou Dhar : ‘Si tu veux partir en voyage, vas-tu t’y préparer ?’ Abou Dhar a répondu, ‘Oui, O Messager d’Allah.’ Le Prophète (PBASL) a poursuivi : ‘Eh bien, à quoi ressemblera le voyage le Jour du Jugement ? Écoutes-moi ; Dois-je te dire ce qui te sera utile ce jour-là ?’ demanda-t-il encore. Abou Dhar a dit avec une grande excitation : ‘Oui, O Messager d’Allah ! Que ma mère et mon père soient sacrifiés pour ton chemin !’ Le Messager des Royaumes dit cette fois : ‘Le jour de la résurrection est une journée très chaude. Jeûnes à l’avance pour être rafraîchi ce jour-là ! Pour la solitude de la tombe, pries deux rak’ahs (tahajjud) la nuit. Vas une fois en pèlerinage pour les grands événements du Jour du Jugement et faits l’aumône à ceux qui en ont besoin. Soit dis un mot au droit chemin, soit empêches ta langue de dire un gros mot !’ » [9].

Dans le Coran, il est dit dans le verset suivant que l’univers entier glorifie Allah : « Les sept cieux et la terre et ceux qui s’y trouvent, célèbrent Sa gloire. Et il n’existe rien qui ne célèbre Sa gloire et Ses louanges. Mais vous ne comprenez pas leur façon de Le glorifier. Certes c’est Lui qui est Indulgent et Pardonneur. » [10]. D’après cela, en outre, le fait que l’homme remplisse son devoir d’adoration montre qu’il est dans la conscience de la servitude et qu’il est en fraternité et coopération avec toutes les créatures de l’univers.


[1] Ad-Dariyat/56

[2] Al-Ikhlas/2

[3] Al-Hadid/3

[4] Al-Mulk/14

[5] Al-Fatiha/5

[6] Al-Baqara/21-22

[7] Ar-Raad/28

[8] Bediuzzaman Said Nursi / Paroles- 3. parole.

[9] Ibnou Abi Ed-dounya, Kitabou Et-tahajjud; Al-Ghazali, Ihyaa, I, 354

[10] Al-Isra/44