Free Porn eşya depolama pornhub Galabetbonuslari.com Galabetadresi.com Galabetcasino.com Vipparkbahissitesi.com Vipparkcanlicasino.com Vipparkcanlislotsitesi.com Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler Deneme bonusu veren siteler paper.io yohoho.io yohoho unblocked io games unblocked 1v1.lol unblocked io games unblocked google sites slope play unblocked games io games padisahbetgirisyap.com padisahbetgirisadresi.net padisahbetbahis.net padisahbetcasino.com deneme bonusu
HomePrincipes de la foi islamiqueParadis Et Enfer Dans Les Sources Islamiques

Paradis Et Enfer Dans Les Sources Islamiques

Le paradis est l’un des noms du royaume où les musulmans vivront heureux pour toujours dans l’au-delà.

Les concepts utilisés dans le Coran pour exprimer la demeure éternelle du bonheur qu’Allah a préparée pour les musulmans sont les suivants : Le paradis est le concept le plus utilisé dans les versets et les hadiths [1]. Éden signifie les paradis où vivre [2]. Al-Firdaws veut dire un jardin avec des vignobles [3]. Al-Husna est le lieu où Allah récompensera en retour ceux qui accomplissent de bonnes actions [4]. Dar Es-Salaam signifie un lieu qui protège des troubles matériels et spirituels, et un lieu de bien-être. Dar Al-muqam signifie la patrie où vivre éternellement [5].

Les concepts Éden et Firdaws ont une importance particulière parmi ces concepts. Parce que ces concepts expriment tout ou une partie spéciale du Paradis. Par exemple, le Prophète Mohammed (PBASL) a dit : « …si vous demandez quelque chose à Allah, demandez-Lui le ‘Firdaws’ ! Car c’est la dernière et la plus haute partie du Paradis, et au-dessus se trouve le Trône du Très-miséricordieux…” [6]. De plus, le Prophète Mohammed (PBASL) a déclaré que le paradis d’Eden est comme une ville, où les prophètes vivront et ses maisons seront faites de briques d’or et d’argent [7].

Selon la croyance islamique, la vie au paradis est trop belle pour être comparée à la vie de ce monde. Tout d’abord, il n’y a ni mort, ni maladie, ni querelle, ni vieillesse, ni pauvreté là-bas. Il n’y a pas de limite aux friandises offertes aux gens [8]. Dans ce lieu sans frontières, il y a des arbres sans épines, des bananiers aux fruits pendants [9], toutes sortes d’arbres comme les dattiers et les grenadiers [10]. Ces arbres seront amenés à proximité afin que ceux qui le souhaitent puissent facilement les récolter [11]. Bien qu’il y ait de la nourriture et de la boisson dans le monde au Paradis, elles ne seront pas comme celles de la terre. En fait, il est dit dans le Coran que bien que le vin du Paradis soit bu, il ne causera pas d’ivresse ou d’inconfort [12].

Le Prophète Mohammed (PBSL) a décrit la vie au Paradis comme suit : “Certes vous serez en bonne santé et ne tomberez jamais malade, certes vous allez vivre et ne mourrez jamais, certes vous serez jeunes et ne vieillirez jamais, certes vous allez être comblé de bienfaits et jamais un mal ne vous touchera.” [13]. Les gens du Paradis ne ressentiront pas la lassitude, la fatigue [14], la rancune et la haine [15].

La plus grande bénédiction que les musulmans recevront au paradis est de voir Allah. Allah y fait référence dans le Coran avec le verset : « Ce jour-là, il y aura des visages resplendissants qui regarderont leur Seigneur” [16].

Ce à quoi ressemblent les beautés du paradis ne peut pas être entièrement compris par nos perceptions sur terre. En fait, Allah dit dans le Coran :  »  Aucun être ne sait ce qu’on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu’ils œuvraient !  » [17].

Selon la croyance islamique, l’enfer est le royaume éternel vers lequel seront envoyés ceux qui échouent à l’épreuve, ceux qui ne croient pas en Allah et ceux qui Lui associent des partenaires.

L’enfer est exprimé avec 7 concepts dans le Coran [18]. Ceux-ci sont les suivants : L’enfer qui fait référence à toute la place de la punition dans l’au-delà. Jahim, cela signifie feu enflammé et à haute température [19]. Saîr signifie feu flamboyant et est généralement utilisé comme nom pour l’enfer [20]. Ladha signifie le feu qui flamboie et brûle et épluche les peaux [21]. Hutamah signifie qui effrite et brise en morceaux [22]. Saqar se définit comme un feu qui ne laisse rien de ce qu’on y jette et qui ne cesse d’être brûlé encore et encore [23]. Hawiya signifie un abîme, une fosse profonde et un feu brûlant [24].

Le verset : “Les hypocrites seront, certes, au plus bas fond du Feu, et tu ne leur trouveras jamais de secoureur” indique que l’enfer a aussi des couches [25]. Ces couches sont séparées en fonction du crime commis et la punition méritée.

Comme l’indique le verset : « Le jour où Nous dirons à l’Enfer: « Es-tu rempli ? » Il dira: « Y en a-t-il encore ? » », l’enfer aura la capacité de prendre tous les gens qui y seront jetés sans aucune limite [26].

L’enfer se compose essentiellement de feu matériel. Le combustible de l’Enfer, ce sont les gens et les pierres aux propriétés brûlantes [27]. Les caractéristiques de ce feu sont décrites dans le Coran comme suit : ce feu a une caractéristique qui se rallume vers l’extinction [28], enveloppe le corps et brûle et épluche la peau [29], et cuit le corps et le divise en morceaux. Le Prophète Mohammed (PBASL) a rapporté que ce feu était soixante-dix fois plus intense et brûlant que le feu dans ce monde [30].

Tous ceux qui sont jetés en enfer ne seront pas condamnés à la même peine parce qu’ils n’ont pas commis le même crime. Là-bas, les gens recevront des peines égales aux crimes qu’ils ont commis. Certaines de ces personnes seront enterrées dans le feu jusqu’aux chevilles, d’autres jusqu’aux genoux et d’autres jusqu’au bassin, la poitrine ou le cou [31]. Le prophète Mohammed (PBASL) a déclaré que la personne qui sera condamnée à la moindre peine en enfer portera des chaussures de feu et que son cerveau bouillira à cause de la chaleur des chaussures [32].

Dans l’islam, l’enfer est un lieu de punition qui continuera d’exister pour toujours. Ainsi, il y a beaucoup de versets dans le Coran qui disent que l’enfer durera pour toujours. Certains d’entre eux sont ceux-ci : « (autre) que le chemin de l’Enfer où ils demeureront éternellement. Et cela est facile à Allah.” [33], « pour qu’ils y demeurent éternellement, sans trouver ni allié ni secoureur.” [34].

En enfer, il y a des anges du châtiment (punition) dont le devoir est de rencontrer les gens qui entreront là-bas [35] et de les punir. Ceux-ci sont appelés « Az-zabani (les gardiens) » [36]. Dans le Coran, il est dit que le nom de l’ange qui conduit les gardiens est « Malik » [37]. Ces anges auront un tempérament sévère [38], ils traîneront par force ceux qui entreront en enfer [39].

Les descriptions de l’enfer dans le Coran sont principalement liées à la nature et à la forme de la punition. Par conséquent, on sait peu d’informations sur l’apparence physique de l’enfer.

Les représentations du paradis dans l’Islam sont au-delà de ce que l’on peut imaginer. D’autre part, les représentations de l’enfer sont exprimées comme plus que toutes les souffrances qu’une personne peut subir dans ce monde. La nature du paradis et de l’enfer à cet égard montre à quel point il est important de gagner ou de perdre l’épreuve.

Selon la religion de l’Islam, la croyance de l’individu au paradis et à l’enfer régit également sa vie sur terre. Parce que l’individu est conscient que le moindre bien et mal fait dans ce monde ne restera pas sans contrepartie [40]. Il prend ses préférences et ses décisions avec cette conscience.

C’est le paradis qui est principalement décrit dans le Coran. Dans de nombreux versets, Allah a déclaré que si Ses serviteurs choisissent de vivre une bonne et belle vie, ils iront au paradis [41] et seront punis également selon les choix qu’ils feront [42]. L’homme est tenu responsable de ses paroles, de ses actes et de ses choix.

Allah a indiqué dans le Coran que ceux qui font le mal seront punis de même ampleur du mal, cependant, ceux qui font de bonnes actions seront doublement récompensés [43]. Allah a exprimé également qu’Il écrira des récompenses pour une personne qui pense à faire le mal mais ne le fait pas, juste parce qu’il a préféré de ne pas le faire. En outre, alors qu’Il écrira un seul péché pour une personne qui fait le mal, Il écrira des récompenses pour ceux qui pensent à faire le bien mais ne le font pas, et plusieurs fois plus de récompenses pour ceux qui font ce bien [44]. Dans l’islam, une personne qui commet un acte maléfique a le temps de se repentir. Tout mal commis n’est pas puni immédiatement. Jusqu’au moment de la mort, une personne peut s’efforcer d’expier ses péchés. Ceux-ci indiquent qu’il est plus difficile d’entrer en enfer que d’entrer au paradis. Parce que ceux qui iront en enfer ne sont pas ceux qui commettent des erreurs, mais ceux qui insistent consciemment sur leurs erreurs.


[1] Al-Furqane, 15; As-Sajda, 19; Al-Maidah, 65.
[2] Ar-Raad, 23; An-Nahl, 31.
[3] Al-Muminune, 11; Al-Kahf, 107.
[4] Yunus, 26.
[5] Fatir, 35.
[6] Al-Boukhari, At-Tawhid, 22; Al-Jihad, 4.
[7] Al-Boukhari, Tafsir Al-Qura’an, 9/ 15.
[8] Azzukhruf, 71.
[9] Al-Waki’a, 28- 29.
[10] Ar-Rahman, 68.
[11] Al-Haqqah, 23; Al-Insan, 14.
[12] As-Saffat 45- 47; Muhammad, 15.
[13] Muslim, Al-Jannah, 21- 22.
[14] Fatir, 35.
[15] Al-Araf, 43.
[16] Al-Qiyamah, 22- 23.
[17] As-Sajdah, 17.
[18] Al-Hijr, 44.
[19] Al-Baqara, 119; Al-Maidah, 10; Al-Hajj, 51; As-Shuaraa, 91.
[20] An-Nisa’, 10; Al-Hajj, 4, Al-Furqane, 11; Fatir, 6.
[21] Al-Maarij, 15- 16.
[22] Al-Hümazah, 4- 7.
[23] Al-Muddattir, 26- 29, 42.
[24] Al-Qariah, 9- 11.
[25] An-Nisa’, 145.
[26] Qaf, 30.
[27] Al-Baqara, 24; Al-anbiya, 98; At-Tahrim, 6.
[28] Al-Isra, 97.
[29] Al-Maarij, 16.
[30] Muslim, Al-Jannah, 30.
[31] Muslim, Al-Jannah 32- 33.
[32] Al-Boukhari, Ar-Riqaq, 51; Muslim, Al-Iman, 361- 364.
[33] An-Nisa’, 169.
[34] Al-Ahzab, 65.
[35] Az-Zumar, 71, Al-Mulk, 8.
[36] Al-Alaq, 18.
[37] Azzukhruf, 77.
[38] At-Tahrim, 6.
[39] Ad-Dukhan, 47.
[40] Az-Zalzalah, 7- 8.
[41] Al-Baqara, 25; Al-Araf, 42; Al-Anfal, 4; At-Tawbah, 72; Ar-Raad, 22- 24; Al-Hijr, 45.
[42] Al-Araf, 53; Al-Anfal, 36- 37; At-Tawbah, 34.
[43] Al-Anam, 160.
[44] Al-Boukhari, Ar-Riqaq 31; Muslim, Al-Iman 207, 259.